Cameroun – Enseignements secondaires: Inquiétudes autour des examens officiels 2019

Cameroun

Afrique centrale / Cameroun 2 Views

Cameroun – Enseignements secondaires: Inquiétudes autour des examens officiels 2019

Des questions se posent sur la capacité de l’Workplace du Baccalauréat du Cameroun à tenir ses engagements du fait du nouveau mode de paiement des frais des examens officiels.

«Enseignements secondaires: Péril sur les examens officiels 2019». Le titre est contenu dans les colonnes du quotidien Mutations en kiosque ce mercredi 15 mai 2019. Si le journal reconnait que les examens officiels de 2019 ont été effectivement lancés le 2 mai dernier par les épreuves écrites des Brevets d’Etudes Professionnelles Industrielles et des Brevets Professionnels Commerciaux, notre confrère word que c’était la plus grande incertitude trois jours avant le début des épreuves.

«… selon des sources à l’Workplace du Baccalauréat du Cameroun (OBC), organe en cost de l’organisation des examens francophones du second cycle, plusieurs dysfonctionnements ont émaillé la tenue de ces compositions», renseignent Mutations. Approché par notre confrère, un employé de l’OBC affirme: «A trois jours du début de ces examens, aucun matériel n’était disponible. Toute la logistique que nous avons utilisée était celle de l’année passée. Ne disposant pas de moyens financiers, nous n’avons même pas pu imprimer les feuilles de composition».

En effet, apprend-on, des informations font également état de ce que l’OBC n’a toujours pas reçu les frais d’examen versés par les candidats en tout début d’année. «Dans deux semaines pourtant, le 28 mai, ce sera le tour des candidats au baccalauréat de l’Enseignement secondaire général de passer les épreuves écrites. Une pressure de trésorerie que la course de l’OBC impute au nouveau mode de paiement des frais d’examens institué cette année par le ministère des Enseignements secondaires», indique encore le journal.

«Les années précédentes à cette heure, les frais d’examens étaient déjà disponibles dans le compte de l’OBC. Etant donné que chaque chef d’établissement acheminait l’argent perçu à la scolarité mensuellement à l’OBC. Depuis le paiement de ces frais par le cellular cash, l’argent est reversé au Trésor. Et vous savez qu’au Trésor on type l’argent selon certains critères et certaines priorités», confie une supply.

Une state of affairs, craint la même supply, qui risque conduire vers «ce qu’on a connu il y a deux ans. Notamment, le non-paiement des frais de corrections, les indemnités de déplacement des correcteurs et ceux relatifs à la coordination».

Cette state of affairs est due au paiement électronique des frais d’examens. «Le paiement des frais exigibles de scolarité et d’examens officiels par voie électronique (le cellular cash) auprès de certaines sociétés opérant dans le transfert d’argent par cellular, – la Cameroon Postal Providers (CAMPOST), Categorical Union, Orange Cameroun et MTN Cameroun – était censé résoudre un sure nombre de problèmes. Il s’agit, entre autres, des tracasseries liées à ces versements pendant la rentrée scolaire et la traçabilité des fonds pour éviter d’éventuels détournements par certains responsables d’établissements. Malheureusement, l’influence positif souhaité tarde à arriver. Au contraire, ce système a même, selon plusieurs intendants, alourdi les procédures» constate Mutations.